Reemerging Worlds

Développant ma fascination pour la représentation et la compréhension du vivant et de l'être, j’ai cultivé une esthétique qui se partage entre les Arts et les Sciences. Je m'intéresse à la manière dont l’organique est pensé et présenté que ce soit sur le carton glacé d'un catalogue d'exposition, dans l'exposition elle-même, dans une revue scientifique ou encore dans la peinture classique. En interrogeant l'enveloppe du vivant mais aussi son intériorité je développe des formes dans un langage plastique pluridisciplinaire à travers des installations qui mêlent modélisation en 3D, sculptures et dessins.


Ma démarche est ancrée dans un rapport au temps et à l’espace qui convoque et fait dialoguer ces observations d'une nature fantasmée. Apparaissant sous des formes fragmentées et érodées, cette nature est symbolisée par des artefacts qui tendent à narrer les côtés parfaits et imparfaits des choses. Elle interroge sur la façon dont nous contemplons l'organique, mais aussi celle dont nous le traitons.

 


Dans un travail nourri par les références et les codes, je conduis mes recherches dans une forme d'objectivité scientifique, comme l'ont définit Daston et Galison. Mon approche devient ainsi protocolaire, tant dans l'observation que dans la réalisation.
 





 

Ainsi, à l’image de mon projet Noxious Herbarium, j’analyse des espèces végétales exotiques invasives que l’on trouve en Europe. Cette approche de la nature comme des cas d'étude génère de nouvelles techniques, de nouvelles images et transforme d'une certaine façon l'histoire de la nature elle-même. En développant mon intérêt pour les images digitales, j’ai développé un langage visuel qui réorganise ces espèces à travers des hybridations de matières et de formes.

 

Dans ma recherche plus vaste que j’ai intitulée Reemerging Worlds, je cherche à faire cohabiter le vivant à travers des dispositifs scénographiques nourris par l’imagerie que je développe. Grâce à la modélisation 3D, je fragmente et recompose le vivant afin de le transposer dans ce monde virtuel.
 


Tout ces dispositifs deviennent l'archéologie d'une nature qui oscille entre rêve et réalité. Ils tendent ainsi à rendre explicite les gestes humains et l'environnement dans lequel ils se déploient.